Articles de la sélection :

Interviews Barbier

Interviews Barbier

Sensee, une histoire de passionnés

Interview Monsieur Barbieer X Sensee
Cette semaine commence bien pour Monsieur Barbier, car elle débute avec une interview de Sensee, la marque de lunetiers français, 100% français. Ca vous rappelle quelqu’un que vous aimez bien…? Nous aussi! Cette plus si petite entreprise a débarqué à Paris l’air de rien et s’est implantée sur le marché très fermé de la lunette. Un pari tenu et brillamment remporté! Céleste, pour en savoir un peu plus, est allée chercher la petite info que Sensee ne dirait pas à tout le monde… et on a adoré ce moment! 
 
Monsieur Barbier au Lancement de la nouvelle collection de lunettes Sensee

Monsieur Barbier au Lancement de la nouvelle collection de lunettes Sensee

 

Interview de Sensee

Céleste : Comment définiriez-vous Sensee en trois mots, et un peu plus si vous avez envie? 
 
Sensee, c’est une marque de lunettes 100% fabriquées en France vendues à un prix de dingue et avec le sourire !
Et pour les trouver, ces belles lunettes, on va où? Sur le site bien sûr et aussi dans les boutiques Sensee qui sont déjà à Paris, Lyon, Marseille et Toulouse.
 
Sensee. Lunettes fabriquée dans le Jura

Lunettes Made In France

 
Céleste : Quelles sont vos valeurs ajoutées dans le monde de la lunette et pourquoi se lancer sur un marché déjà pris d’assaut ? 
Nous nous sommes lancés alors que le marché était certes saturé, mais saturé d’offres hyper chères pour des expériences clients somme toute pas terribles… Donc on s’est dit qu’il y avait de la place pour une marque moderne, digital native, et on a lancé Sensee !
 
Nos valeurs ajoutées, ce sont nos valeurs :
 
1) Notre ADN digital qui fait que tous nos efforts sont centrés sur le client et son expérience (on est customer centric comme on dit). Pour nous, les parcours client en ligne et en boutique doivent converger et se compléter : on cherche en permanence à tester de nouveaux services et de nouvelles technos pour offrir à nos clients l’expérience la plus fluide et la plus cool possible.
 
2) La fabrication française, parce que les artisans du Jura sont formidables, qu’ils fabriquent des lunettes de très belle qualité et que le made in France c’est chic !
 
3) Le bon prix : nos prix sont ultra tenus (dès 59€ les lunettes fabriquées à Oyonnax, verres fabriqués par Carl Zeiss inclus !). Ca, nous sommes les seuls à pouvoir le faire en offrant ce niveau de qualité : parce nous avons supprimé tous les intermédiaires (à chaque intermédiaire, les prix font fois deux dans le secteur….. on vous laisse faire le calcul). Nous avons aussi décidé d’avoir des marges raisonnables et de ne pas faire comme nos concurrents qui s’offrent des campagnes de pub monumentales… et les refacturent au client final : pas moins de 60 euros par paire de lunettes vendue dans les grandes chaînes !!!
 
4) et le tout avec la manière : la Joie ! 
Chez Sensee on aime travailler avec les couleurs, le beau, la qualité, être ensemble, rigoler et essayer de faire les choses bien.
Lunettes Sensee - Référencement

Le référencement chez Sensee, d’une lisibilité inédite! 

 
Céleste : Comment imaginez-vous Sensee dans 5 ans, quel est le rêve inavoué de l’équipe ? 
 
Comme la référence des lunettes !
(rien que ça.)
 
Céleste : Auriez-vous une anecdote à nous raconter sur l’histoire de la création de la marque? Ou n’importe quelle aventure insolite qui vous est arrivée grâce (ou à cause) de l’entreprenariat? 
Ohlala, des idées improbables depuis le lancement de la marque on en a eu…. des tonnes : de l’opticien volant qui se déplace en solex avec une cape (ça on n’a pas fait….)  jusqu’aux boutiques Sensee…. sauf que là on s’est lancé en se disant « ça doit pas être bien compliqué d’ouvrir 4 ou 5 boutiques ! »
Le fait est que c’est un métier 😉 mais qu’on a la chance d’apprendre vite, d’être très bien entourés et qu’en étant vierges de toute idée préconçue, on a réussi à réinventer les boutiques de lunettes et qu’on a même reçu plein de prix des grands spécialistes du retail à la fin 😉
 
Céleste : Dernière petite question et on vous laisse tranquille, nous avons pour habitude de demander quelle chanson écoutez-vous le matin? S’il y en a une qui vous permet de partir de chez vous avec la patate absolue!
 
ABBA !…. Mamma Mia ou Dancing Queen (avec les costumes, c’est encore mieux)
 

Maintenant que vous êtes convaincus que l’équipe de Sensee n’est pas là que pour rigoler, vous pouvez aller leur faire une petite visite et vous prêtez au jeu! Nous qui sommes tous binoclards dans l’équipe Barbier, nous n’hésiterons pas à y faire un tour la prochaine fois, même si on veut la même et qu’il faut en venir aux mains…!

 – Une Interview de Céleste pour Monsieur Barbier – 

Interviews Barbier

Interview OLLYGAN

Interview d'Ollygan par Monsieur Barbier à l'occasion de la fête des pères

Nous revoilà avec une nouvelle Interview cette semaine à l’occasion du lancement du jeu jackpot « Ollygan et Monsieur Barbier ». Le coffret spécial Fête des pères rend hommages à tous les papas et à tous les hommes en général, pour qui le grooming est une passion ou pourrait le devenir ! 

Pour vous présenter un peu l’univers Ollygan, nous interviewons Thomas, qui nous livre des anecdotes sur la marque mais aussi sur ses petites habitudes du matin. On lui tend le micro:

OLLYGAN rhabille l'homme de la tête au pied. Lifestyle et masculinité

C’est parti !! 

Céleste : Pour ceux qui n’ont pas suivi au fond, près du radiateur même au Printemps, comment vous définiriez la marque OllyGan ?

Thomas : Si on devait résumer, Ollygan est une marque française qui habille l’Homme de la tête aux pieds depuis plus de 30 ans !

Céleste : Cette marque a beaucoup évolué ces 20 dernières années, quels seraient ses 3 principaux objectifs pour les 5 années à venir ?

 Thomas : Nous sommes toujours en recherche d’innovations et de nouveaux projets. Pour les années à venir, nous visons l’international, le Digital y compris dans nos 150 boutiques. Tout cela pour améliorer l’expérience client en ligne ou en magasin.

 

OLLYGAN rhabille l'homme de la tête au pied. Lifestyle et masculinité

Le Labo Lifestyle OLLYGAN étudie les tendances pour vous proposer des tenues toujours dans l’air du temps

Céleste : Qu’est-ce que vous pensez du digital aujourd’hui (on vous demande parce qu’on est une petite startup qui n’en veut) notamment sur le fait que les hommes achètent souvent moins en ligne que les femmes, mythe ou réalité ?

 Thomas : Les Hommes aiment essayer mais ne sont pas moins « digital native » pour autant ! C’est en ce sens, que nous avons lancé l’e-réservation qui consiste à réserver sur notre site et venir essayer en boutique.

Céleste : On le voit à travers vos catalogues et votre site, Olly Gan propose autant un style de vie, que des beaux produits ! Quel serait d’après vous les tendances actuelles pour les hommes en termes de style de vie, les tendances de l’homme OllyGan ?

Thomas : L’homme Ollygan est un homme libre qui assume ses vies, ses aspirations voire ses contradictions, les vêtements qui lui permettront de s’affirmer en toutes circonstances.

OLLYGAN rhabille l'homme de la tête au pied. Lifestyle et masculinité

Céleste : On a parlé des métro-sexuels, des bobos, des uber-sexuels etc… et aujourd’hui on parle de plus en plus du grooming ! Se faire tout beau, en alliant le rasage, les soins visage, la coup et le look, pour se fabriquer son style. Que pensez-vous de cette nouveau concept : bulle de savon ou vrai nouvelle manière d’être un mâââle, à travers le male grooming ?

 Thomas : Depuis 1981, année de naissance d’Ollygan, nous accompagnons le développement du style de l’homme. Nous sommes persuadés que l’homme porte une attention toujours plus grande à son look. Ce n’est pas qu’une tendance.

Céleste : Deux petites questions pour la fin, un peu plus perso, mais je ne peux pas y couper, cela fait partie de la grande tradition des interviews Barbier ! Quelle est votre petite routine matinale, entre le réveil et le boulot ? Chez nous le matin c’est sacré, alors est toujours curieux (-ses) de voir ce que chacun en fait !

Thomas : Je vous laisse les replacer dans l’ordre : Consultation des e-mails, croissant, rasage (avec la box Mr Barbier & Ollygan évidemment), un petit footing sous le soleil provençal, café …

Céleste : Une petite dernière pour la route vers le boulot : Quel est votre titre musical préféré pour vous réveiller le matin ? 

Thomas : Définitivement « Uprising » de Muse pour prendre la journée du bon pied !

Si vous voulez voir ce que donne l’alliance parfaite d’une ligne de prêt-à-porter haut de gamme et les soins rituel rasage de Monsieur Barbier qui travaille pour vous offrir les meilleurs soin, c’est ici

 

— Et pour toute autre question, Justine est là pour vous répondre : justine@monsieurbarbier.com —

 
Interviews Barbier

Erik Desloges, fondateur de The Haircut

Beau portrait d'Erik Desloges, le fondateur de The Haircut, interviewé par l'équipe de Monsieur Barbier.

Si vous êtes un lecteur assidu du blog de Monsieur Barbier, vous avez certainement découvert il y a quelques semaines notre nouvelle rubrique Interview, qui vous fait découvrir tous les acteurs et les experts du rasage, du grooming et de l’innovation pour la classe au masculin – oui carrément, osons le terme !

Cette semaine, nous avons eu la chance de rencontrer Erik Desloges, fondateur du service The Haircut, qui propose les meilleurs barbiers et coiffeurs directement chez vous ou au boulot. C’est d’ailleurs aussi le sujet de notre jeu Golden Ticket du moment auquel nous ne pouvons que vous encourager à participer toute affaire cessante – oui carrément aussi, on est chauds aujourd’hui 😉 Faut dire que c’est dimanche, il pleut, il fait gris, mais Céleste nous balance du 💜 Katy Perry 💜 à fond depuis 9h du mat, alors ça réchauffe.

Assez d’introduction, laissons le mike (i.e. micro pour les initmes) pour cette interview exclusive

Céleste : Tout d’abord, merci d’avoir fait ce Golden Ticket avec nous et d’offrir 5 coupes à nos participants, c’est la classe. Pourriez-vous nous rappeler le principe de TheHaircut.com – pour ceux du fond qui n’ont pas tout suivi ? 

Erik Desloges : The Haircut est le barbier et coiffeur à domicile haut de gamme réservé aux hommes. Nous proposons à nos clients des prestations de coiffure directement dans le confort de leur domicile, sur leur lieu de travail ou encore dans leur chambre d’hôtel. Nous travaillons pour cela avec une quinzaine de coiffeurs rigoureusement sélectionnés pour leurs compétences, leur professionnalisme, mais surtout leur bonne humeur.

 —

Céleste : Vous n’avez pas peur d’être vu comme le Uber des coiffeurs ?  

n.d.l.r. Un de des moments où Céleste la joue à la Cash Investigation

Erik Desloges : Certains aspects de notre service ressemblent effectivement à ce qu’a fait Uber. Déjà parce que nous rendons accessible au grand public un service qui lui était souvent inconnu : le coiffeur privé. Parmi nos clients, beaucoup n’avaient jamais testé les services d’un coiffeur à domicile et sont ravis des avantages que cela offre : pas de déplacement, pas d’attente en salon, un véritable service sur-mesure.

Nous avons également standardisé les prestations proposées par nos coiffeurs privés, qui ont tous été minutieusement sélectionnés. Cela permet au client de toujours retrouver la qualité, le professionnalisme et le sens du service The Haircut, quelque soit le coiffeur qu’il choisit.

En revanche, nos coiffeurs fixent eux-mêmes leurs tarifs et n’ont aucun investissement à réaliser lorsqu’ils rejoignent l’aventure The Haircut : cela garantit au coiffeur une rémunération attractive à chaque prestation, et au client qu’il aura un coiffeur motivé et qui aura du temps à lui consacrer.

C’est du gagnant-gagnant !

Interview par Monsieur Barbier du fondateur de ce service de coiffeur barbier à domicile : The Haircut !

Le service de coiffeur barbier à domicile par The Haircut !

 

Céleste : Sans vouloir vous pousser à faire un favoritisme qui engendrerait de terribles guerres fratricides au sein de votre team, vous pourriez nous faire le portrait d’un de vos coiffeurs-barbiers à domicile ?

Erik Desloges :Parmi les coiffeurs de l’équipe The Haircut, nombreux sont ceux qui ont eu des parcours originaux.

Jean-Claude fait incontestablement partie de ceux-là : il a été chef coiffeur et perruquier pour Starmania, coiffeur studio pour le cinéma, le théâtre, la télévision et la mode, réalise des formations aux quatre coins du monde pour de grands groupes de coiffure… mais garde toujours le même plaisir à mettre ses compétences au service de nos clients parisiens.

Les prestations avec lui sont toujours un moment de détente et de rigolade, pour de super résultats.

Céleste : Même si cela est très pratique pour les consommateurs, et plutôt limpide sur le papier (ou l’écran), on imagine que ce type d’activité ne doit pas être des plus simples à lancer. Qu’est-ce qui a pu vous amener à vous lancer dans ce projet ?

Erik Desloges : J’avais depuis longtemps envie d’entreprendre, tout comme Anthoni, l’ami qui m’accompagne dans cette aventure. Anthoni a eu de nombreuses mauvaises expériences en salon de coiffure : il y a notamment fait un malaise, autant dû aux odeurs des produits capillaires qu’à une soirée trop arrosée la veille. Pour ma part, j’avais le réflexe de toujours repousser mes visites chez le coiffeur, ce qui m’a souvent joué des tours. Le jour où j’ai découvert les services de coiffure à domicile, ça a fait tilt : nous avions enfin une cause pour laquelle nous battre !

Erik Desloges, parfaitement rasé, et prêt à en découdre pour faire décoller TheHaircut / Interview Monsieur Barbier.

Erik Desloges, parfaitement rasé, et prêt à en découdre pour faire décoller TheHaircut

 

Céleste : Pour ceux qui aiment l’entreprenariat et l’innovation parmi nos lecteurs (et je sais qu’ils sont nombreux, et nombreuses) : quelle a été la plus grande difficulté, ou la plus grosse galère, que vous avez rencontré à ce jour ? Et quel est votre gros défi pour 2017 ?

Erik Desloges : La plus grande difficulté a sans doute été de convaincre les premiers coiffeurs de se lancer avec nous dans l’aventure. A l’époque, nous n’avions pas de site à leur montrer, uniquement des projets et toute notre motivation. Aujourd’hui, les coiffeurs qui se rendent sur notre site comprennent rapidement nos valeurs et ce que nous développons, il est bien plus simple de les convaincre.

Notre plus gros défi pour 2017 est de réussir notre développement au niveau national. Nous avons déjà une ouverture de prévue pour le mois de février : Lille -et vous êtes les premiers à l’apprendre! D’ici fin 2017, nous souhaitons que chaque client Monsieur Barbier soit également capable de commander un coiffeur et barbier The Haircut : vous êtes un modèle pour nous 😉

The Haircut par Monsieur Barbier : Réunion de boulot pour étendre le service à toutes les villes de France !

Réunion de boulot pour étendre le service à toutes les villes de France !

 

Céleste : Merci pour le compliment et pour l’info exclusive !  Du coup j’en profite avec deux questions un peu plus perso, mail il le faut. C’est dans la grande charte éditoriale sacrée que je me suis fixée. Quelle est votre routine matinale, les matins où vous avez un peu de temps pour vous ?

Erik Desloges : En tant qu’abonné Monsieur Barbier depuis bientôt 1 an, la journée commence généralement par un rasage avec mon Ambitieux® 3 Lames. Et un grand bol de café, les journées sont un peu longues en ce moment !

Céleste : Ahahahah, je tiens à préciser que je n’ai rien fait pour influencer cette réponse ! Merci à vous ! Et la petite dernière, avant de vous laisser repartir bosser comme un fou : Quelle est votre titre préféré pour vous réveiller le matin ?

Erik Desloges :The Miracle (Of Joey Ramone), de U2. C’est le seul album que j’ai sur l’application Musique de l’iPhone, qui est elle-même la seule application que l’on puisse lier au réveil de l’iPhone… Mais le morceau est énorme !

Céleste : Bingo, alors on se l’passe un p’tit coup, cela nous changera de Katy 😉 Très beau refrain pour le matin en effet : 

 

I woke up at the moment
When the miracle occurred
Heard a song that made some sense
Out of the world
Everything I ever lost
Now has been returned
In the most beautiful sound I’d ever heard

 

— Céleste, pour l’équipe de Monsieur Barbier — 

Interviews Barbier

Rosario Grasso, fondateur de Malegrooming.fr

Rosario Grasso - Interview grooming pour Monsieur Barbier

Grooming par ici, grooming par là, les marques  et les magazines pour hommes n’ont depuis quelques mois que ce mot à la bouche. Alors pour cette seconde interview du blog de Monsieur Barbier,  nous sommes allé à la rencontre d’un blogueur-expert qui a commencé à en parler avant tout le monde, et qui connait sur sujet sur le bout des doigts : Rosario Grasso, fondateur de Trucs de Mec et de Male Grooming, que nous avions déjà pu vous recommander sur Facebook. C’est parti pour en savoir plus sur sa vie de blogueur, de raseur et de groomer !

Bloguer sur le Grooming

Céleste : Bonjour Rosario ! Merci de nous accorder quelques minutes entre deux revues affûtées de l’actualité groomingVous êtes le fondateur de trucsdemec.fr et malegrooming.fr, deux blogs masculins de référence, alors je me permets de vous poser une question naïve… Comment devient-on blogueur pour hommes, d’où l’idée vous est venue et qu’est-ce qui vous a motivé à continuer ?

Rosarion Grasso : Pour ma part, ça s’est fait un peu par hasard. Je connaissais très peu cet univers.

A l’époque (2012) je travaillais dans une société dans laquelle évolue cadres et autres managers. Tous les employés se devaient d’avoir une tenue correcte. Il y a eu deux choses qui m’ont choqué : la première était de voir que certaines femmes racontaient comment elles choisissaient  toujours parfums et fringues… à la place de leur mec. La seconde, quand j’ai vu un collègue se planquer pour se passer de la crème pour les mains. Trucs de Mec est né en juin 2012 avec l’idée qu’un mec pouvait se choisir lui-même ses fringues et son parfum. Et que n’est pas parce qu’on utilise un soin qu’on est une nana…

Blog Trucs de Mec à propos de Monsieur Barbier

Enseigne du blog Trucs de Mec, par Rosario.

Au départ, je ne pensais pas que le blog prendrait une telle ampleur aujourd’hui. Ce qui m’a poussé à continuer, c’est simplement l’envie de partager mes coups de cœur et mes coups de gueule.

Male Grooming est arrivé en mai 2016 avec un positionnement légèrement différent…

Céleste : Pourquoi avoir créer un univers à part pour Male Grooming, plutôt que d’en faire une section de TrucsDeMec ?

Rosario Grasso : Trucs de Mec a déjà une section grooming qui est déjà complète. Le monde des cosmétiques masculines est en plein essor et il a beaucoup changé. C’est pour cette raison qu’est né Male Grooming, qui est en effet un blog de niche puisqu’on y parle de barbe, rasage, parfums et d’autres sujets. A la différence de Trucs de Mec, on ne verra pas sur Male Grooming des marques de grandes surfaces, ni certaines marques de parfums. C’est plus ciblé et volontairement haut de gamme avec une touche indé !

Céleste : N’avez-vous jamais ressenti la fatigue du blogueur qui explique qu’après quelques mois, les blogueurs réduisent leur fréquence de publication, puis abandonnent leur blog ?

Rosarion Grasso : Très bonne question ! Par moment, c’est vrai qu’on peut avoir une baisse de forme, pas le goût de publier, la peur de la page blanche. Dans ces cas là, on prend une journée pour souffler et ensuite ça va mieux !

Ceci-dit, il faut savoir que tenir un blog est très chronophage : écrire, prendre des photos, partager sur les RS, s’occuper de la partie technique, référencement, des partenariats. Cela peut vite représenter un travail de titan. Celui qui ne sait pas comment ça marche et qui croit qu’un blog c’est juste écrire de temps à autres, risque d’avoir des mauvaises surprises.

Je pense que cette fatigue peut arriver à celui qui attend un succès immédiat de son blog, et qui en ouvre un juste pour de l’argent ou des cadeaux… Les choses mettent du temps à arriver, il faut de la patience et surtout savoir ce qu’on peut apporter de différent aux lecteurs afin de les fidéliser.

Céleste : Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, qu’appelle-t-on exactement le grooming ? Est-ce l’équivalent des soins de beauté pour les femmes ? 

Rosario Grasso : Oui c’est l’équivalent des soins beautés pour femmes. Grooming est un terme anglo-saxon, derrière ce mot se cache tout un rituel, un état d’esprit : « the art of manliness » qui se traduit par l’art de la virilité. Et on a qu’à voir les univers qu’ont créés certaines marques. Je pense à Apothecary 87 qui met en scène des hommes tirés à 4 épingles et qui ont un look parfait de la tête aux pieds !

Logo de Male Grooming, interview de Rosario Grasso par Monsieur Barbier.

Logo du blog Male Grooming par Rosario.

 

Aujourd’hui l’univers de la mode et du grooming sont indissociables. On ne peut pas être sapé comme un ministre et avoir une peau dégueu. Sauf si on aime jouer sur les contrastes, mais très peu pour moi !

Tendances du Grooming

Céleste : Depuis votre poste d’observation privilégié, vous voyez toute l’actualité du grooming. Quelles sont pour vous les grandes tendances en 2017 ?

Rosario Grasso : Je l’avais déjà annoncé, en 2017, les mecs vont prendre de plus en plus soin d’eux. Le marché des soins hommes est en plein boom. L’explosion des barbershops va certainement pousser les hommes à pousser d’autres portes comme celles des instituts de beauté par exemple.

De plus en plus souvent, les mecs vont se tourner vers des produits plus authentique haut-de-gamme. Que ceux qui ont goûté aux soins des nouvelles marques de niche vont vouloir en savoir plus, et délaisser progressivement les marques de grandes surfaces.

Céleste : On parle de plus en plus du rasage et de la barbe. D’après vous, d’où vient ce nouvel engouement pour un secteur qui était avant plutôt triste ou désuet ?

Rosario Grasso : Je pense que tout part de la mode de la barbe – bien que ce ne soit pas vraiment une mode ! Les mecs ont commencé à vouloir l’entretenir et c’est vrai que les marques ont mis les bouchées doubles pour séduire de nouveaux clients. Pour le rasage, c’est différent. L’univers du rasage traditionnel était réservé à quelques initiés.

Alex Haircuts - Exemple de nouveau barbershop parisien

Alex Haircuts – Barbershop au style pointu et rétro.

Les barbershops y sont pour quelque chose : ils ont démocratisés ce rituel qui était tombé aux oubliettes. Et ce faute à la société de consommation, où on doit aller de plus en plus vite. Les produits de rasage de grandes surfaces vendent un rasage (médiocre) en 5 minutes… Se raser « à l’arrache » de surcroît est devenu une corvée pour beaucoup d’hommes. Le vrai rasage prend du temps, on utilise des produits raffinés, c’est normalement un vrai plaisir, que certains semblent avoir retrouvé !

Céleste : Beaucoup de marques arrivent sur le marché, avec des nouveaux entrants chaque semaine. D’après vous, qu’est-ce qui fait la différence entre elles ?

Rosario Grasso : Comme dirait Tuco :

Le monde se divise en deux catégories : ceux qui font des produits par passion et ceux qui créent une marque juste pour le fric.

Ces derniers se disperseront fatalement, en voulant créer toujours plus de références.

Par exemple, j’ai vu en 2016, une marque qui a sorti plus de 10 références… Où est la légitimité d’élargir à ce point sa gamme alors que la marque en question n’a même pas un an ? Où est la recherche, on va nous dire que les produits ont mis X mois de développement ? Les clients ne sont pas dupes. Surtout dans un marché qui reste encore confidentiel.

Les clients choisissent une marque par affinité. Une identité dans laquelle le client se reconnaît. La qualité est l’élément qui fera qu’une marque perdurera et il va aussi falloir choisir son réseau de distribution …

Le Grooming et vous 

Céleste : Pensez-vous que certaines de ces petites marques feront un jour de l’ombre aux grandes marques de supermarché que l’on connaît aujourd’hui ?

Rosario Grasso : Sincèrement ça va être dur pour les « petites marques » de faire de l’ombre aux grosses…. Malheureusement…. On se souvient de Nickel, racheté par L’Oréal et qui a finit par disparaître du marché…

Céleste : Question plus perso, quelle est votre routine de soin idéale le matin ? – les matins où vous avez le temps de prendre soin de vous.

Rosario Grasso : Je prends le temps de prendre soin de moi. Bon c’est vrai que certains matins, je me contente du strict minimum. Le matin, c’est simple :

  • pour le visage j’utilise un nettoyant visage (actuellement un Dermalogica),
  • deux fois par semaine, je me fais un gommage (actuellement avec celui de la marque Polaar)
  • j’applique ensuite un hydratant de la marque Acqua di Parma Collezione Barbiere.

Je lave presque tous les jours ma barbe, j’utilise un baume le matin et une huile le soir (après lavage). Tous les 2 jours environs, je rase et définit les contours de la barbe avec un certain rituel 1-2-3 !

(N.D.L.R. : Gros sourire sur les joues de Céleste)

Pour le corps, un gel douche (actuellement Vichy) et une huile hydratante pour le corps.

Céleste : Avez-vous un titre que vous aimez particulièrement écouter au réveil et que vous voudriez partager avec les membres de la communauté de Monsieur Barbier ?

Rosario Grasso :

Si on me branche musique, on en a pour des heures ! Le matin j’aime bien écouter un truc qui donne la pêche.

En ce moment, j’ai ressorti l’album « Your New Favorite Band » de The Hives, dont le morceau AKA Idiot qui est un de mes préférés !

Céleste : Merci Rosario !

On ne peut qu’encourager nos lecteurs à régulièrement feuilleter votre magazine Male Grooming.

Et pour prouver à nos lecteurs qu’on s’intéresse aussi à leurs oreilles : 

— Céleste, pour l’équipe de Monsieur Barbier — 

Interviews Barbier

Jean-Claude Le Joliff, Président de la Cosmétothèque

Jean-Claude Le Joliff, Président de la Cosmétothèque, et partenaire de Monsieur Barbier dans la création d'un Dictionnaire insolite du rasage.

Eminent spécialiste de l’innovation en cosmétique, le professeur et chercheur Jean-Claude Le Joliff va partager cette année une belle aventure avec Monsieur Barbier et ses abonnées !

Chaque mois, dans la petite carte postale qui accompagne nos recharges de rasoir, nous découvrirons ensemble une anecdote insolite ou un chapitre inédit de l’histoire du rasage. Histoire qui recèle plus de surprises que vous ne le croyez, et qui sera l’occasion de découvrir ensemble les rasoirs les plus anciens, les plus fous, les accessoires les plus décalés, et l’évolution au cours des siècles de la profession des barbiers. Un jour peut-être toutes ces aventures seront compilées dans un Dictionnaire insolite de l’histoire du rasage que Monsieur Barbier pourrait co-édité, mais l’avenir le dira ! 

Pour inaugurer ce partenariat (qui vous enverra sur la Lune dès le mois de janvier), Céleste a eu la chance de pouvoir poser quelques questions à Monsieur Jean-Claude Le Joliff , qui est aussi le fondateur de la Cosmétothèque – la cosméto quoi ? On vous explique tout ci-dessous.

Interview de Jean-Claude Le Joliff

Dans un Paris glacé mais lumineux, phare international de la créativité et de l’innovation cosmétique au service du bien-être, de l’élégance, et la beauté, je rencontre en ce 9 janvier le professeur Jean-Claude Joliff, avec la ferme intention de prendre un café pour peaufiner notre projet, et d’en profiter pour lui posé quelques questions savamment préparée. 

Céleste (c’est moi, pour l’équipe de Monsieur Barbier) :  Bonjour !  Toute l’équipe est ravie, et honorée, de partager avec vous ce petit voyage à travers l’histoire du rasage durant l’année 2017. Mais avant tout, je voulais vous demander, qu’est-ce que la cosmétothèque ? 

Jean-Claude Le Joliff  :  La Cosmétothèque est le premier conservatoire des sciences et techniques des industries de la beauté.

C’est une association Loi 1901 qui a pour ambition de permettre la conservation des sciences et techniques à la base de la création des produits de beauté.

Elle a comme objectif de consigner l’état de l’art, de retrouver et/ou de reconstituer des procédés permettant la réalisation des produits cosmétiques, de constituer des collections de produits anciens par dons ou par achats, de reconstituer l’histoire des marques, des produits, des ingrédients ou des techniques ayant existé en vue de la réalisation de produits cosmétiques.

 Céleste : Pour vous qui êtes expert en cosmétique, qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux produits et instruments de rasage ?

Jean-Claude Le Joliff  :  La rencontre avec Ganaël dont le projet a éveillé ma curiosité. J’ai rapidement regardé ce que l’histoire des produits de rasage racontait, pour découvrir un univers complexe et d’une richesse étonnante, mais qui fait que lorsque l’on s’intéresse aux produits de rasage, on ne peut pas ne pas s’intéresser aux rasoirs, et du coup à l’histoire du rasage. 

Céleste :  Est-ce que le rasage n’est pas un peu le parent pauvre de la cosmétique, dans le sens où on innove peut de nos jours ?

Jean-Claude Le Joliff  :  Oui et non. Oui, car on n’en parlait peu avant que la mode ne s’y intéresse. Non car il y a de nombreux produits, de nombreuses technologies, tout ça est truffé d’anecdotes très intéressantes et amusantes.

Céleste : Quel effet cela fait, de retrouver son nom sur une carte postale tous les mois ?

Jean-Claude Le Joliff  :  Rien d’autre que le grand plaisir de diffuser ce savoir et ces informations avec vous tous.

Céleste : Héhé ! Plaisir partagé ! Avec l’équipe, et avec tous nos abonnés 😉

Céleste : Nous avons toujours deux petites questions pour finir nos interviews. La première concerne la routine matinale. Vous auriez un ou deux petits conseils à nous faire passer ?

Jean-Claude Le Joliff : Oui volontiers !

  • Préparer sa peau et la barbe avant le rasage avec un gant de toilette très chaud.
  • Utiliser ensuite un fluide hydratant plutôt qu’un après rasage alcoolique.

Céleste : Deuxième question de fin… Quel titre de musique vous aimez écouter le matin au réveil ?

Jean-Claude Le Joliff : Hier un super boeuf entre Ray Charles, Fats Domino et Jerry Lee Lewis, sinon Pink Floyd ou Queen !

NDLR : Un petit avant-goût pour votre prochain rasage : 


Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur ce expert international, incollable sur l’histoire de la cosmétique, et toujours au fait des dernières innovations et des nouveaux progrès dans le secteur, voici quelques éléments biographiques.

Biographie de Jean-Claude Le Joliff 

Biologiste de formation,Jean-Claude Le Joliff  a successivement été en charge de la R&D, puis de la Recherche et de l’Innovation dans un grand groupe français de cosmétiques et du luxe.

Depuis 15 ans, il se consacre à la gestion de l’innovation. Élève de Marc Giget au CNAM, il crée sa structure au début des années 2000, Innovation & Concepts en Cosmétologie (Inn2C), pour aider les entreprises à mettre en œuvre des stratégies d’innovation, dans le domaine de la R&D cosmétique en particulier, et des produits de consommation en général.Jean-Claude Le Joliff, Président de la Cosmétothèque, et partenaire de Monsieur Barbier dans la création d'un Dictionnaire insolite du rasage.Il est aujourd’hui consultant dans plusieurs sociétés françaises et étrangères. Il est par ailleurs Professeur associé à l’Université de Versailles Saint Quentin (UVSQ) et chargé de cours dans le cadre de plusieurs enseignements spécialisés : ISIPCA (Institut Supérieur International de la Parfumerie, de la Cosmétique et de l’Arôme alimentaire – Université de Saint Quentin en Yvelines), IPIL (Institut de Pharmacie Industrielle de Lyon – Universités Claude Bernard, Paris-Sud Chatenay-Malabry, Bretagne Sud.

— Céleste, pour l’équipe de Monsieur Barbier —